Illustation pour l'article
Retour

Comment calculer son cycle menstruel

Les règles, le cycle, l’ovulation, la ménopause, les ovaires, les ovules, les trompes, le col… Ce sont autant de termes qui ponctuent la vie des femmes dès leur adolescence. Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver, n’est-ce-pas ?

Pour comprendre un cycle menstruel et le calculer, il faut comprendre le rôle joué par ses acteurs. Cela est fondamental pour connaître votre corps et d’autant plus pour ne pas vous retrouver enceinte par accident ou, a contrario, pour enfanter un jour.

Avant de vous expliquer en détails ce qu’est le cycle menstruel et ses différentes phases, parlons un peu du système génital féminin.

Le système génital féminin


Comme vous pouvez le voir, il se compose de différents organes. Pour ce qui nous intéresse présentement, il est important de connaître le rôle joué par : 

  • les ovaires : ils reçoivent les follicules et libèrent les ovules,
  • l’utérus : il est le lieu d’accueil de l’ovule une fois fécondé (œuf),
  • le vagin : il est le chemin d’accès entre l’utérus et l’extérieur.

Le cycle menstruel

Le cycle menstruel c’est la période située en le 1er jour des règles et le 1er jour des règles suivantes. Il se décompose globalement en quatre phases distinctes.

Si vos règles commencent le 3 mars et que le premier jour des règles suivantes est le 30 mars, votre cycle est donc de 28 jours. 

La phase des règles 

Les règles ce sont ces pertes de sang mensuelles qui commencent à la puberté (située généralement entre l’âge de 10 et 16 ans) et s’arrêtent au moment de la ménopause.

Ces règles sont en réalité l’expulsion naturelle par le corps de la membrane utérine (endomètre) qui se produit sous forme de sang et se fait par le vagin.

Il faut savoir que le corps de la femme est programmé pour être fécondé et porter un enfant en son utérus. Pour cela, les organes se préparent tous les mois. Donc, l’utérus tapisse ses parois de cette fameuse muqueuse. Si aucun œuf fécondé ne vient s’y nicher, elle est inutile et l’utérus se contracte en fin de cycle pour s’en débarrasser et en produire une nouvelle au suivant. Ce phénomène de contraction explique que certaines femmes ressentent de vives douleurs au moment des règles.

L’œuf fécondé est la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde qui aura traversé tous les chemins grâce à la glaire cervicale pour devenir embryon, fœtus et bébé.

La durée moyenne d’un cycle menstruel est de 28 jours. Elle peut varier d’une femme à une autre et se situer entre 21 et 45 jours.

Pourquoi ne pas avoir ses règles peut être signe de grossesse ?  

Parce que l’utérus d’une femme fécondée accueille l’œuf et conserve l’endomètre pour le protéger. Sauf de rares cas, c’est pour cette raison que pendant la grossesse on parle d’aménorrhée (absence de règles).

La phase folliculaire

Celle-ci se déroule du 6ème jour au 14ème jour du cycle. Elle se caractérise par une montée de l’hormone œstrogène. Ce sont ces petites hormones notamment qui font pousser les seins des jeunes filles, développent leur pilosité pubienne et font débarquer les premières règles. Elles ont également un rôle important dans le cycle et dans l’ovulation.

Cette phase se caractérise également par une glaire cervicale très fluide car elle doit aider les spermatozoïdes à atteindre l’utérus et l’ovule pour qu’il soit fécondé. Cette glaire est ce que nous appelons généralement les pertes. 

L’ovulation

L’ovulation se produit, sur un cycle de 28 jours, au 14ème jour du cycle. L’ovulation c’est le grand moment de libération de l’ovule qui va rejoindre l’utérus en passant par la trompe de Fallope. Cela n’intervient qu’après un pic de l’hormone LH. L’ovule, aussi appelé ovocyte, ne vie que 24 heures.

Des tiraillements peuvent être ressentis à ce moment-là, du côté droit, gauche ou des deux, selon que les ovules seront libérés par l’un ou l’autre ou les deux ovaires.

Mais ce jour d’ovulation varie en fonction de la durée du cycle. Il existe des méthodes de calcul que nous allons aborder ensuite. 

La phase lutéale

Sur la base théorique d’un cycle de 28 jours, elle s’étend du 15ème au 28ème jour. Si l’ovule a été fécondé, il va s’installer bien au chaud dans l’endomètre (la muqueuse utérine, souvenez-vous). Dans le cas contraire, vous l’aurez bien compris, le corps va se préparer aux prochaines règles.

Cette phase est caractérisée par la consistance plus épaisse de la glaire cervicale. D’abord allié fluide pour aider les spermatozoïdes à aller à la rencontre de l’ovule, elle s’est transformée en petit soldat qui va les empêcher de monter inutilement puisque l’ovulation est terminée, qu’il y ait eu fécondation ou non.

Calculer son cycle menstruel

Il existe différentes méthodes permettant de calculer son cycle menstruel et sa période d'ovulation.

Méthode calendaire

La méthode est simple, encore faut-il avoir des cycles réguliers.

Commencez par calculer le nombre de jours entre le premier jour de vos règles et le premier jour des règles suivantes. Il ne faut pas se fier à un seul mois mais réitérer le calcul sur 3 ou 4 mois pour déterminer plus précisément la durée de vos cycles et en constater la régularité (sans quoi, le calcul pour l’ovulation serait erroné).

Notez que si vos règles sont généralement très abondantes et débutent pas un jour de très faibles saignements pas toujours francs, démarrez le comptage le premier jour d’écoulements importants.

Inscrivez les dates, comptez le nombre de jours entre les deux dates et après trois ou quatre mois vous saurez dire quelle est la durée théorique de votre cycle menstruel.

Nous avons parlé précédemment du 14ème jour comme jour d’ovulation. Cela n’est vrai que pour un cycle de 28 jours. Beaucoup font l’erreur de croire ainsi que le 14ème jour se compte à partir du 1er jour de règles. Ceci est totalement faux : comptez 14 jours en remontant à partir du dernier jour de cycle.

Illustrons cette méthode : 

  • vous avez un cycle de 24 jours : l’ovulation est présumée au 10ème jour du cycle (24-14=10),
  • vous avez un cycle de 32 jours : l’ovulation est présumée au 18ème jour du cycle (32-14=18).
Il n’est pas toujours simple de calculer surtout en cas de cycles irréguliers. De plus, la nature n’en fait parfois qu’à sa tête et n’est pas une science exacte.

En outre, les spermatozoïdes vivent quatre jours en moyenne dans l’utérus de la femme. Sur ces bases, une femme ayant un cycle de 28 jours pourrait être fécondée sans avoir eu de rapport sexuel le 14ème jour mais le 10ème jour, soit 4 jours avant.

Ce serait une erreur de croire que pour ne pas être enceinte il suffit de ne plus avoir de rapports à partir du 13ème ou 14ème jour. 

La prise de température

Une méthode très utilisée appelée méthode symptothermique. Qui consiste en une prise quotidienne de la température.

Voilà à quoi ressemble une courbe de température pour une femme ovulant à J16 (16ème jour, vous l’aurez compris). 


La température doit être prise à la même heure et avec le même thermomètre et sans être sortie du lit. On se retient d’aller aux toilettes quelques secondes de plus pour ne pas fausser le résultat. La régularité et les conditions de prises sont impératifs pour ne pas influer sur les résultats.

En première période de cycle, la température est basse (entre 36,1 et 36,7), chute et remonte à l’ovulation. Ensuite, elle reste au-dessus des 37° jusqu’en fin de cycle. L’ovulation se déroule sur 48 heures et le pic de remontée marque l’ovulation (en liaison avec l’augmentation du taux de progestérone).

A chaque début de cycle, en l’absence de grossesse, la température aura de nouveau retrouvé un niveau bas.

Cette méthode est efficace notamment en cas de cycles irréguliers.

Les niveaux de températures ne sont pas fixes et varient d’une femme à l’autre. Le plateau bas peut être plus ou moins élevé, comme le plateau haut, mais il y aura entre ces deux périodes une différence marquée par une chute et hausse au moment de l’ovulation, comme le représente le graphique précédent.

Le test d’ovulation

Il existe des tests d’ovulation qui s’achètent en pharmacie. Ce sont des tests urinaires de la même façon que les tests de grossesse. Ils réagissent aux taux de l’hormone LH, annonciateur d’ovulation. Il est conseillé de commencer à les réaliser environ deux jours avant la date présumée d’ovulation. En cas d’ovulation, le test est positif (généralement un petit smiley qui sourit).

Sachez que la pilule agit sur les hormones afin d’empêcher l’ovulation et donc la fécondation (est-il utile de rappeler qu’elles ne protègent pas des maladies sexuellement transmissibles ?). 

Enfin, nous avons parlé de ménopause, c’est le moment d’arrêt définitif des règles, moment qui se situe entre l’âge de 40 à 58 ans selon les femmes). Un bouleversement hormonal se créé avec l’âge qui rendra la femme stérile, c’est-à-dire que son corps ne produisant plus d’ovule, de muqueuse, il n’y aura plus de règles dans la logique de ce que nous avons expliqué. 

Article écrit par Rencontre Ados

Partager l'article